IMG_0033
Enquête journalistique

UK Serial Killers d’Emily Tibbats

Si on connait un certain nombre de serial killers américains, notamment au travers des séries documentaires Netflix et livres biographiques, leurs homologues britanniques sont moins connus de la culture populaire. Emily Tibbatts est la fondatrice du site tueurenserie.org. Conférencière spécialisée dans les meurtres en série et la criminologie, elle nous livre ici 10 portraits des plus terrifiants tueurs en série du Royaume-Uni.

4ème de couverture

Si les tueurs français et américains ont largement nourri la littérature criminelle et le cinéma, les serial killers d’outre-Manche restaient, jusqu’à ce livre noir, inconnus du grand public. 

Dans l’ombre de Jack l’Éventreur, ce sont des hommes et des femmes noyés dans la masse, cannibales, nécrophiles, éventreurs, empoisonneurs, pédophiles et prédateurs qui ont tué et massacré en nombre durant des décennies. 

La conférencière Emily Tibbatts, fondatrice du site francophone de référence tueursenserie.org et auteur de dizaines de biographies en ligne de serial killers, fait son entrée en librairie avec les longs portraits immersifs et passionnants des dix plus terrifiants tueurs en série de Grande-Bretagne. UK Serial Killers vous plonge dans leur histoire intime et leur traque, le détail de leurs crimes qui vous fera frémir d’horreur, leurs motivations macabres, les progrès des techniques médico-légales, d’enquêtes… Et l’ampleur de ces chasses à l’homme.

Portraits de monstres

Lire des thrillers, même très sanglants, cela reste de la fiction. Ici, avec UK serial killers, on est dans le réel et… c’est d’une violence inimaginable. L’auteure retrace le portrait de 10 tueurs en série (dont 2 couples/duos) qui ont sévi du XIXè siècle jusqu’à nos jours. Les différents récits sont plus ou moins chronologiques. Ainsi à travers plus de 100 ans de meurtres, d’histoires glauques et de cadavres ont découvre l’évolution d’une société, mais aussi celle de la police et de leurs méthodes d’enquêtes. D’ailleurs, c’est assez affolant de voir à quel point une série de meurtres pouvait passer inaperçue dans les années 1800 tant le taux de mortalité était élevé. Une époque complètement sordide.

Sur les huit dossiers présentés, plusieurs m’ont forcément plus marquée que d’autres. Certains portraits sont tellement surréalistes. Comment tant d’horreurs peuvent-elles être réelles ? Emily Tibbatts nous offre un joli panel de toutes les pires déviances criminelles : veuve noire, nécrophile, cannibale, violeur en série, éventreur, médecin de la mort… Toutes les pires atrocités dont l’Homme est capable sont représentées ici. Pourtant, l’auteure ne fait pas dans la surenchère, dans le voyeurisme ou le sensationnalisme. Elle se contente de présenter des faits, des histoires, des criminels et des victimes, la vérité aussi terrible soit-elle. Chaque fin de dossier contient une partie « Pourquoi ? » qui tente d’exposer les « motivations » et le schéma de penser du meurtrier ainsi qu’une liste détaillée des victimes. Une très bonne idée de conclusion pour chaque chapitre.

Docteur la mort

Il a déjà parcouru la conclusion du rapport une bonne dizaine de fois, toujours avec ce sentiments de n’avoir lu qu’avec les yeux. Ces derniers s’emparent une dernière fois de la phrase impitoyable qui trône sur la page finale, avec le fol espoir que, à force de lecture, les chiffres diminueraient, s’amoindriraient, deviendraient concevables.
« Deux-cent-dix-huit victimes au minimum. »

Au minimum.

En bref

Je lis assez peu d’ouvrages journalistiques mais pour le coup je ne regrette absolument pas ma lecture. UK serial killers est un livre extrêmement bien mené, documenté et construit. Dans la culture populaire, les tueurs en série sont bien souvent étudiés avec une curiosité morbide. Ici, c’est un travail maitrisé et factuel que nous propose l’auteure. La description des meurtres et des sévices est glaçante mais sans aucun voyeurisme. Je dois avouer que je ne connaissais aucun de ces tueurs malgré le fait que certains procès se sont pourtant déroulés il y a seulement une poignée d’années. Un livre émotionnellement très difficile mais extrêmement intéressant dans sa manière de traiter les faits. Je recommande à tous les passionnés de littérature noire et aux lecteurs avec le coeur bien accroché 😉

PS : mention spéciale au tueur qui a réussi à se faire coffrer en bouchant les canalisations de son appartement avec des organes humains #warrior 😅