Science-fiction

Semiosis de Sue Burke

Toujours dans une optique de diversification littéraire, je continue ma découverte des différents registres de la science-fiction. je dois avouer que pour ce projet, je suis bien aidée par les parutions de la collection Imaginaire d’Albin Michel. Toujours de très belles découvertes, des couvertures magnifiques (oui je sais, ça ne fait pas tout mais quand même), et une originalité que je ne retrouve que rarement. Alors cette fois-ci, j’ai jeté mon dévolu sur Semiosis. Un planet-opera qui nous raconte l’histoire d’une colonie d’humains s’installant sur une autre planète pour tout reprendre à zéro et surtout, ne pas reproduire les mêmes erreurs que sur Terre.

Pour cette chronique, je vous embarque sur Pax, une planète incroyable aux multiples surprises.

4ème de couverture

Ils sont cinquante des femmes, des hommes de tous horizons. Ils ont définitivement quitté la Terre pour, au terme d’un voyage interstellaire de cent soixante ans, s’établir sur une planète lointaine qu’ils ont baptisée Pax. Ils ont laissé derrière eux les guerres, la pollution, l’argent, pour se rapprocher de « la nature ». Tout recommencer. Construire une Utopie. Mais très vite, des drames menacent leur idéal. Du matériel irremplaçable est détruit. Des morts surviennent et s’accumulent. La nature est par essence dangereuse ; celle de Pax, mystérieuse, ne fait pas exception à la règle. Pour survivre, les colons vont devoir affronter ce qu’ils ne comprennent pas et comprendre ce qu’ils affrontent. 

Une autre forme de vie

« Bonjour chers lecteurs, je m’appelle Stevland et je suis un bambou arc-en-ciel gigantesque. J’évolue depuis des milliards d’années sur la planète Pax. J’ai ainsi eu tout le loisir de développer une intelligence supérieure. Il y a quelques temps, j’ai vu débarquer de nouveaux « animaux », ils se tiennent sur deux jambes et semblent eux aussi être dotés d’intelligence. Ils se font appeler les Pacifistes et viennent d’une sphère lointaine appelé la Terre. Apparemment, leur espèce a multiplié les erreurs et leur sphère était vouée à mourir. Alors, ils sont quelques dizaines à être venus ici pour tenter leur chance.

Ils ne s’attendait pas à me trouver. En fait, ils ne savaient pas trop à quoi s’attendre ici. Mais je pense qu’ils n’avaient pas prévu de trouver une forme de vie végétale intelligente. Mais je vais les aider à comprendre. Ici, notre écosystème est particulier, aussi bien du point de vue animal que végétal. Les ananas sont têtus, les noyers agressifs et les lentilles des chouinardes. Quant aux aigles, ils sont redoutables. Ils adorent allumer des feux pour faire griller leur viande. Mais, ces nouveaux animaux, les Pacifistes, je vais les domestiquer, et vivre avec eux en harmonie, dans le mutualisme et leur apprendre à se protéger et à nous protéger.

Rassurez-vous, je ne serai pas le seul à vous raconter leur histoire. En 450 pages vous allez suivre un siècle de leurs péripéties. De l’arrivée des « Parents » jusqu’à la 7ème génération. Ils vont apprendre, souffrir, découvrir mais je serai à leurs côtés. J’espère qu’ils ne m’abandonneront pas comme les Verriers. Ces autres « animaux » qui ont disparu du jour au lendemain. Je crois que les Pacifistes vont essayer de les retrouver. Ils parlent de mission diplomatique… Là encore, je ne suis pas sure qu’ils soient prêts à découvrir la vérité… Je vous laisse, une de mes racines m’informe que Lux se couche dans le ciel. Il est temps de laisser mes feuilles se reposer. »

L’eau c’est la vie. En tout cas, c’est ce que disent les plantes. Je n’ai pas discuté de croyances spirituelles avec les humains, mais ils célèbrent les équinoxes et les solstices, se livrent à des observations minutieuses des étoiles, et chaque étoile est un soleil. 

En bref

Désolée si je suis partie un peu loin dans le trip. Je sais, mes chroniques sont de plus en plus bizarres😅 . Semiosis est un roman de « premier-contact » incroyable. Je dois vous avouer que quand j’ai vu que les chapitres souvent plus de cinquante pages j’ai flippé. Pourtant, j’ai été tellement embarqué dans cette atmosphère et cet écosystème nouveau que je n’ai pas vu les pages défiler. L’équilibre entre action, descriptions et explications scientifiques est parfaitement dosé et la lecture en est extrêmement fluide.

L’auteure a réussi un pari fou. Celui de faire tomber nos barrières mentales sur l’idée que l’on se fait de la Vie et de ses potentielles formes intelligentes. A travers chaque génération de colons, on suit pratiquement une nouvelle histoire, une nouvelle intrigue avec de nouveaux personnages. Mais chaque fois, les décisions de la génération précédente auront eu des répercussions. Alors, les humains ont-ils réussi à ne pas reproduire les mêmes erreurs ? Je vous laisse le découvrir parce que je vous recommande chaudement ce roman si le registre ne vous effraie pas trop 😉.