Thriller psychologique

R.I.P (Tome 2 : Maurice) de Gaet’s et Julien Monier

Il y a quelques semaines de cela, je vous parlais d’une BD totalement atypique et extrêmement réussie : R.I.P. Cette série se penche sur une équipe un peu spéciale : des nettoyeurs de la mort. Une équipe de bras cassés, de rebuts de la société qui sont employés pour collecter les objets de valeur lorsqu’un cadavre est retrouvé. Le tome 1 nous racontait l’histoire d’un de ses membres Derrick. Dans ce second tome, c’est au tour de Maurice d’être mis en lumières sur les planches.

4ème de couverture

Après Derrick, voici Maurice. Pas d’amis, pas de passé, pas d’avenir. Ce vieux barbu aigri nous plonge dans son quotidien macabre. Mieux encore, il nous dévoile sa véritable identité, celle qu’il cache depuis des années pour protéger sa fille… en vain.

Un jour sans fin

La particularité de cette série est qu’elle va se pencher, au cours des 6 tomes prévus, sur un membre différent de l’équipe à chaque fois. Mais attention, le début du tome 2 ne reprend pas où le premier s’était arrêté. C’est là toute la force de cette série. Pour raconter l’histoire de Maurice, Gaet’s et Monier rembobinent et reviennent au point de départ. Bien évidemment, les scènes décrites ne seront pas les mêmes, les enjeux et l’histoire de ce tome sont totalement différents. Cependant, au fur et à mesure des pages, on recroise des événements du premier tome, des questions restées en suspens sont résolues et d’autres trames de l’intrigue globale sont poursuivies.

J’ai adhéré immédiatement à cette chronologie narrative très particulière. C’est un choix osé, original et terriblement efficace. L’histoire, vue sous le prisme d’un personnage différent à chaque tome, prend ainsi une profondeur de sens incroyable. Comme une toile qui se tisse petit à petit.

Maurice

Si dans le premier tome, le scénario nécessitait de présenter largement le métier de ces pilleurs de cadavres et le déroulement de leurs interventions, ce second tome n’est absolument pas dans la redite. Les scènes de décomposition et de puanteurs sont moins nombreuses (rassurez-vous, il y a quand même quelques cadavres liquéfiés collés au matelas) et l’emphase est vraiment mise sur Maurice et sur son passé.

Fait tout de même assez rare dans une bande-dessiné, l’histoire est divisée en chapitres. Ces chapitres alternants entre le présent et le récit du passé mafieux de Maurice par lui-même. C’est sombre, violent, gore parfois mais surtout plein de suspens et terriblement intelligent. Le trait de crayon et la mise en couleurs de Julier Monier donne toujours cette patte visuelle si particulière. Tout comme pour l’histoire de Derrick, on retrouve cette atmosphère verdâtre, poisseuse, presque nauséabonde qui nous met tout de suite dans l’ambiance.

En bref

Avec ce second tome, Gaet’s et Julien Monier nous confirment que leur série R.I.P devient incontournable dans l’univers de la BD noire. Ce qui est sûr c’est que je ne manquerai aucune nouvelle parution. J’ai déjà hâte de faire un troisième retour arrière, de découvrir un nouveau personnage et d’avoir encore un peu plus d’explications sur certains aspects de l’histoire. Je valide, je recommande, et j’en redemande !