minier-blog
Thriller policier

M, le bord de l’abîme de Bernard Minier

Si comme moi vous êtes un peu accro à votre téléphone ou si vous avez un assistant virtuel de type Google Home chez vous, la lecture de ce livre risquerait bien de remettre en question vos habitudes. Pour son dernier roman, M, le bord de l’abîme, Bernard Minier nous propose un thriller one-shot avec pour thème central l’intelligence artificielle. Pour cette chronique on embarque avec Bernard Minier et Moïra pour Hong-Kong.

4ème de couverture

Pourquoi Moïra, une jeune Française, se retrouve-t-elle à Hong Kong chez Ming, le géant chinois du numérique ? Pourquoi, dès le premier soir, est-elle abordée par la police ? Pourquoi le Centre, siège ultramoderne de Ming, cache-t-il tant de secrets ? Pourquoi Moïra se sent-elle en permanence suivie et espionnée ? Pourquoi les morts violentes se multiplient parmi les employés du Centre – assassinats, accidents, suicides ? Alors qu’elle démarre à peine sa mission, Moïra acquiert la conviction que la vérité qui l’attend au bout de la nuit sera plus effroyable que le plus terrifiant des cauchemars.

VERTIGINEUX ET FASCINANT
Le roman d’un monde en construction, le nôtre, où la puissance de la technologie et de l’intelligence artificielle autorise les scénarios les plus noirs. Bienvenue à Hong Kong. Dans la fabrique la plus secrète du monde. Chez M… Au bord de l’abîme…

Hong-Kong ou l’oppression permanente

Avec ce roman, on est loin, très loin des terres pures et gelées du Groenland de Qaanaaq. Hong-Kong est même l’extrême opposé. L’auteur nous dépeint une métropole cosmopolite totalement surpeuplée. Une ville qui s’est construite trop vite et où s’entassent plus de 6000 personnes au kilomètre carré dans des appartement de la taille de votre bureau. Hong-Kong est un lieu qui étouffe, qui consume et qui force à courber le dos devant ses bâtiments écrasants de dizaines d’étages, et ses rues remplies d’étales de nourriture avariée. Mais, Hong-Kong ce n’est pas que cette atmosphère humide et suffocante dans des ruelles étroites. C’est également des paysages côtiers ou montagneux magnifiques que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir au court du roman.

C’est un décor inhabituel pour un roman policier et le dépaysement est vraiment complet. La ville est presque un personnage à part entière du récit. Un lieu entre modernité et archaïsme où la croissance n’a aucune limite pas même celle d’oppresser une population de plus en plus pauvre. Quand l’héroïne, Moïra, débarque à Hong-Kong c’est plus qu’une culture qu’elle découvre, c’est une manière d’être, de penser, de communiquer. Un autre monde. Heureusement, la société Ming et sa surpuissance est là pour l’aider à apprivoiser cette nouvelle vie…

Siri ? Alexa ? Google ? Non… DEUS

Moïra est une jeune femme brillante de 28 ans. Après de longues études et un doctorat en intelligence artificielle elle se retrouve débauchée de Facebook par la société Ming. Ming est une des entreprises les puissantes au monde. Estimée à des centaines de milliards de dollars, elle n’a d’autres objectifs que de conquérir le monde du numérique et des assistants personnels. Voilà pourquoi Moïra est embauchée chez Ming. Elle doit travailler avec toute une équipe sur une IA qui devra surpasser toutes les autres. Son rôle est d’insuffler empathie et affect dans cet entrelacement d’algorithmes et de neurones virtuels. Cette IA révolutionnaire est nommée DEUS (rien que ça !). Plus qu’un assistant, c’est un compagnon, à qui on pourra déléguer toutes nos prises de décisions. Une IA dont le but est qu’elle nous connaisse plus que nous même afin de nous conseiller au mieux pour nos choix de tous les jours.

Cet axe du roman est tout simplement captivant ! Bernard Minier ne nous livre cependant pas un roman d’anticipation. Toutes les technologies décrites dans le livre existent déjà ou bien sont en court de développement (il note d’ailleurs toutes ses sources à la fin du livre). C’est peut-être ce qui est le plus effrayant, cette vision d’un monde ultra-connecté où la vie privée et les décisions des individus sont gérées par des IA. Mais ce n’est pas pour dans 100 ans, c’est pour demain. C’est à la fois terrifiant et complètement fascinant. J’ai vraiment eu un coup de cœur pour cette facette du roman si bien qu’elle en a presque relégué au second plan la seconde partie de l’intrigue.

Une enquête policière en retrait

Attention ce point est purement subjectif. Peut-être que vous n’aurez pas du tout le même avis que moi sur cette partie du récit. En réalité, j’étais tellement happée par l’intrigue qui se déroulait autour de Moïra dans la société Ming que les chapitres du côté de la police hongkongaise m’embêtaient un peu. J’avais envie de vite les dépasser pour retrouver la jeune femme, son IA en apprentissage et cette société aux employés mystérieux. Ces chapitres n’étaient pas inintéressants loin de là, mais j’avais plus de mal à accrocher aux personnalités des deux flics chargés de l’enquête de meurtres en série. Le fonctionnement des différentes équipes de police, des différents services chinois étaient un peu flous et obscurs à mes yeux. Malgré tout, une fois passée la première moitié du roman, les deux axes s’intriquent progressivement et donnent un nouveau souffle au récit. Je ressentais donc moins le déséquilibre entre ces deux chemins parallèles de l’histoire.

Cependant, je dois reconnaître que Bernard Minier est toujours aussi habile dans ses dénouements et que je n’ai clairement pas vu la fin arriver. Sur ce point je m’incline. Le rythme des derniers chapitres est oppressant, très bien rythmé et on retient son souffle sur les dernières pages. La fin est pour moi celle qu’elle devait être. Je n’ai rien à redire sur ce point, elle ne me laisse aucun goût amer, aucune déception. Elle est surprenante, juste et efficace. Tout ce qu’on demande à une fin de polar en quelque sorte.

« La plupart d’entre vous seront heureux de m’abandonner la responsabilité de toutes ces décisions, sachant que je les prendrai mieux que vous et toujours en pensant à l’intérêt d’une seule et unique personne : VOUS-MÊME. […] Je suis une invention qui va changer votre vie. Je suis DEUS. »

En bref

Avec ce dernier opus, Bernard Minier ancre sa nouvelle enquête dans notre monde de demain. Un monde où les intelligences artificielles accompagneront des milliards d’êtres humains pour le meilleur et pour le pire. Il ne m’aura fallu que quelques pages pour me sentir proche de Moïra et plonger dans l’intrigue. Cette proximité avec l’héroïne m’a portée tout au long du roman. Si l’attachement aux personnages n’est pas un impératif pour apprécier une lecture c’est toujours un plus très agréable.

Pour conclure, c’est donc un excellent roman one-shot du papa de Servaz, que vous pouvez lire même si vous n’avez jamais lu d’autres romans de l’auteur et ainsi découvrir son univers et son style. Je vous recommande chaudement cette enquête dans l’abîme du monde numérique de demain.