outsider-picture
Thriller fantastique

L’outsider de Stephen King, un retour en force du Maître de l’Horreur

Fraîchement paru aux éditions Albin Michel, L’outsider est le nouveau roman du Maître de l’Horreur : Stephen King. C’est avec un mélange d’impatience et d’appréhension que j’ai entamé ma lecture. Car si certains de ses romans cultes m’ont marquée pour le restant de mes jours, certaines de ces œuvres plus récentes m’ont laissée un goût amer. Alors verdict ?

4ème de couverture

Parfois, le Mal, prend le visage du Bien.

Le corps martyrisé d’un garçon de onze ans est retrouvé dans le parc de Flint City. Témoins et empreintes digitales désignent aussitôt le coupable : Terry Maitland, l’un des habitants les plus respectés de la ville, entraîneur de l’équipe locale de baseball, professeur d’anglais, marié et père de deux fillettes. Et les résultats des analyses ADN ne laissent aucune place au doute.
Pourtant, malgré l’évidence, Terry Maitland affirme qu’il est innocent.
Et si c’était vrai ?

Un retour aux sources ?

Stephen King et moi c’est une longue et vieille histoire. On s’est connu avec Simetierre quand j’avais 12 ans (oui 12 ans, j’avais piqué le livre à ma cousine plus âgée). Quelques terreurs nocturnes plus tard le coup de foudre était là. J’ai grandi accompagnée de Shining, des Tommyknockers, du Fléau, de Misery, de Carrie et tout ses innombrables classiques. Mais plus récemment, il m’est arrivée d’être déçue à la lecture de certaines de ces histoires. Le dernier en date Bazar. Fait extrêmement rare j’ai abandonné le livre à la moitié. Je n’en pouvais plus d’ennui. L’intrigue n’avançait pas d’un poil, les descriptions étaient longues et inutiles. Bref, avec L’outsider j’espérais renouer avec le Stephen King de ma jeunesse.

Fin du suspens, ce fût le cas. J’ai retrouvé tout ce que j’aime tant chez cet auteur. Des personnages hauts en couleurs, des communautés attachantes et totalement immersives, de vraies bulles de lectures temporelles. Ce qui fait tant le charme de ses histoires c’est également la cohérence de son univers. Ainsi la trilogie Mr Mercedes sera invoquée à maintes reprises dans le roman (ce qui me donne d’ailleurs très envie de la reprendre sachant que je n’ai lu que le premier tome). C’est ça qu’on aime chez Stephen King. Cet attachement au détail et à la cohérence globale de son récit qui prend place dans un tout, dans un univers complet.

A l’instar d’un grand nombre de ces romans, l’histoire prend place dans une petite ville où tout le monde se connait, où chacun connait les histoires de son voisin. Chaque personnage est ainsi attachant en soi. Stephen King a le don de nous faire connaître sur le bout des doigts toute une panoplie de personnages sans pour autant alourdir le récit. Les informations sont distillées progressivement afin de dresser le panorama complet de l’univers présenté. La lecture et le style sont très fluides et agréables à lire. Les chapitres assez courts permettent la mise en place d’une bonne dynamique de l’histoire. Sans pourtant utiliser des cliffhangers à tour de bras, vous aurez beaucoup de mal à stopper votre lecture.

Tout débute par un meurtre…

Le style policier n’est pas le plus courant dans l’oeuvre de Stephen King. Il s’est véritablement adonné à ce genre littéraire avec l’écriture de la trilogie Mr Mercedes. Pourtant ici, tout débute comme un thriller policier des plus « banals ». Le jeune Frank Peterson, 11 ans, est retrouvé sauvagement assassiné. Son meurtrier l’a violé et lui a arraché de nombreux morceaux de chair. Dès les premières pages, on découvre que cet acte abominable trouve déjà son coupable : l’entraîneur de l’équipe de Baseball de la ville. Tout accable cet homme connu et aimé de tous : témoins visuels, empreintes, traces ADN. Et pourtant, il a un solide alibi : il n’était pas présent dans la ville de Flint City au moment des faits… Bien évidemment ce scénario permettra de mettre en lumière le système judiciaire américain et ses travers. Coupable à moins de prouver le contraire…

Après un petit tiers de l’intrigue, on se demande comment tout ce sac de nœuds va bien pouvoir évoluer ? Comment les policiers vont-ils démêler le vrai du faux dans cette situation inexplicable ? C’est là que tout le talent de Stephen King opère. Sa manière à la fois douce et terriblement brutale de nous faire sombrer en quelques pages dans un tout autre genre. Je n’en dirais pas plus pour ne pas vous faire perdre le plaisir de cette « surprise » dans l’intrigue. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’à la lecture des premières pages, vous n’auriez jamais imaginé qu’à la moitié du roman tout basculerait de cette manière.

« Ce n’est pas juste une longue histoire, c’est aussi une étrange histoire. Je vous préviens »

En bref

Avec ce nouveau roman, Stephen King démontre une fois de plus tout le talent dont il est capable. C’est une histoire surprenante qui nous ramène aux sources de son oeuvre. Il s’agit sans conteste d’une de mes meilleures lectures de ce début d’année. Si je ne mets pas le tampon coup de cœur c’est simplement parce que j’ai trouvé la fin un peu trop rapide et lisse à mon goût. J’aurais aimé quelque chose qui « tabasse » un peu plus comme dirait Anaïs. Mais comme je le dis souvent : je suis très difficile sur les dénouements 😉 Dans tous les cas, je ne peux que vivement vous conseiller ce dernier roman du Maître.