Comédie policière

La police des fleurs, des arbres et des forêts de Romain Puértolas

En ce moment, j’adore me lancer des petits défis, sortir de ma zone de confort et tenter de nouvelles expériences littéraires. Dans la mesure du raisonnable hein ! Toujours pas de feel-good ou de romance par ici. Par contre, tant qu’il y a une enquête ou un cadavre, je suis prête à découvrir plein des différents. Ce fût le cas avec ce nouveau roman de Romain Puértolas, auteur de littérature blanche et notamment de livres assez décalés.

Mes petits lecteurs, on part à la campagne, enquêter sur la mort de Joël. Et cette enquête risque de vous surprendre !

4ème de couverture

Une fleur que tout le monde recherche pourrait être la clef du mystère qui s’est emparé du petit village de P. durant la canicule de l’été 1961.
Insolite et surprenante, cette enquête littéraire jubilatoire de Romain Puertolas déjoue tous les codes.

Un format original

En 1961, un officier de police criminelle est envoyé à P. un village perdu en pleine campagne. A la demande de Madame la procureure de M. il va enquêter sur la mort d’un des habitants : Joël. Le pauvre a été retrouvé dans la cuve à confiture de l’entreprise Boniteau, découpé en 8 morceaux bien emballés dans des sacs en papier des Galeries Lafayette. Qui dans le village pouvait en vouloir à ce gentil garçon apprécié de tous ?

La police des fleurs, des arbres et des forêts est un roman épistolaire. Nous allons avancer dans l’intrigue au travers des échanges de courriers entre le policier et la procureure mais aussi via la retranscription des enregistrements du policier. Et oui en 1961, des magnétophones à K7 existaient déjà. Premier point positif, ce choix concernant la forme est vraiment intéressant. Le genre épistolaire n’est pas le plus répandu de nos jours, surtout en littérature noire. Si j’en ai lu énormément pendant mes études littéraire, cela faisait bien des années que je n’avais pas lu un roman avec cette construction. Il n’y a pas à dire, c’est un registre très efficace. La lettre a quelque chose de vivant et de très humain qui donne un souffle agréable au récit : quelque chose de léger, de rythmé qui nous invite à tourner les pages encore et encore.

Une enquête improbable

L’enquête dans ce village paumé et lunaire est vraiment très agréable à suivre. Pour rappel, il s’agit de littérature blanche donc ne vous attendez pas à retrouver l’atmosphère sombre, glauque et sanglante d’un bon polar des familles. Néanmoins, ce registre de la comédie policière est vraiment parfaitement maîtrisé par l’auteur. J’ai retrouvé tous les codes d’une enquête en bonne et due forme. Cependant, en utilisant les caricatures et les us et coutumes de la campagne, Romain Puértolas nous embarque dans une histoire complètement saugrenue, drôle, pertinente et surtout captivante. Accompagné du garde champêtre (le représentant de la police des fleurs, des arbres et des forêts) le policier de la ville va multiplier les recherches et les interrogatoires dans ce petit village plus complexe qu’il n’y parait. Un duo d’enquêteurs qui fonctionne vraiment à la perfection !

Dès les premières lignes, le narrateur m’avait mise au défi de trouver le pourquoi du comment avant le dénouement. Alors, en bonne lectrice habituée aux enquêtes, j’ai essayé tout au long du récit de faire attention aux petits détails. Rien à faire, je me suis faite bernée en beauté. La fin était tout bonnement géniale, magique, inoubliable. Quand j’ai refermé le livre, j’ai repassé en revue les différents tournants du livre, j’ai relu certaines pages en me disant : « mais bien sûr comme j’ai pu louper ça ? ». Je l’ai loupé car l’auteur a un vrai talent pour tromper son lecteur. Petit avertissement : faites très attention si vous feuilletez le roman. Il suffirait d’un regard sur l’une des dernières pages pour vous spoiler toute la fin de l’histoire et ce serait vraiment du gâchis !

– Un coup de théâtre final époustouflant ? Rien que ça !
– Oui, quelque chose que l’on essaye de vous dire depuis le début, qui est là depuis le début, et que vous ne comprenez qu’à la fin. Mais il est alors trop tard et vous vous apercevez que vous vous êtes bien fait avoir.

En bref

La police des fleurs, des arbres et des forêts était vraiment une magnifique découverte. Comme quoi, je suis loin d’être allergique à la littérature blanche ! Il faut simplement m’enrober tout ça avec une enquête palpitante et maîtrisée 😊. Ce roman était divertissant, intelligent et remarquablement bien écrit. Je ne peux que vous recommander cette lecture car je suis persuadée que vous aussi, vous passerez un moment inoubliable à tenter de découvrir l’assassin de ce pauvre Joël. Je donnerais cher pour voir votre tête quand vous découvrirez la vérité !