Thriller policier

La dame de Reykjavík de Ragnar Jónasson

Qui dit roman à part, dit chronique à part. Alors sans vous faire attendre plus longtemps je vous embarque pour l’Islande en compagnie d’Hulda.

La femme de Reykjavík de Ragnar Jónasson est publié aux Editions de La Martinière. Il s’agit du premier tome de la saga « Hidden Iceland ».

4ème de couverture

Hulda a tout donné à sa carrière. Mais en faisant toujours cavalier seul. Elle a beau être une des meilleures enquêtrices du poste de police de Reykjavik, à soixante-quatre ans, sa direction la pousse vers la sortie.

La perspective de la retraite l’affole. Tout ce temps et cette solitude qui s’offrent à elle, c’est la porte ouverte aux vieux démons et aux secrets tragiques qu’elle refoule depuis toujours. Et ses échappées dans la magnificence des paysages islandais, pour respirer à plein poumons la sauvagerie de son île, ne suffiront plus, cette fois.

Alors, comme une dernière faveur, elle demande à son patron de rouvrir une affaire non résolue. Elle n’a que quinze jours devant elle. Mais l’enquête sur la mort d’Elena, une jeune russe demandeuse d’asile, bâclée par un de ses collègues, va s’avérer bien plus complexe et risquée que prévu. Hulda a-t-elle vraiment pesé tous les risques ?

Nostalgie islandaise

Ma belle Hulda, si j’avais su je n’aurais pas attendu aussi longtemps avant de sortir ton histoire de mes étagères. Si j’avais su, je n’aurais pas attendu des mois et des mois avant de découvrir la plume de ton créateur.

Ma belle Hulda, ton histoire m’a déchiré le cœur. A travers les derniers jours de ta carrière de flic, tu m’as transmis tous tes sentiments, ta nostalgie, tes regrets et ta solitude. J’ai ressenti ton vague à l’âme comme s’il transpirait au travers des pages. A l’aube de ta retraite forcée et de tes 64 ans, tu as survécu à tous ceux que tu aimais et aujourd’hui tout ce qui te reste, ton boulot et tes enquêtes, on te l’arrache.

Ma belle Hulda, tu as dû être une sacrée bonne flic. Je l’ai vu à travers ta dernière enquête. Ce vieux cold-case que ta pourriture de collègue avait bâclé un an plus tôt. Mais toi, toi c’est autre chose. Quand tu cherches la vérité, tu l’obtiens. Alors je t’ai vu, durant ces derniers jours, arpenter les paysages de ton Islande adorée pour reconstruire le puzzle de la mort de la jeune Elena. Mais tu nous le montres bien, être une femme dans un milieu d’hommes c’est un combat permanent. Cette dernière enquête ne fera pas exception à la règle.

Ma belle Hulda, la vie ne t’a pas épargnée. Les brides de ton enfance qui nous sont racontés m’ont permis de mieux te comprendre. De saisir d’où venaient cette noirceur et cette tristesse. En parallèle de ton enquête, tu nous a livré tes secrets les plus sombres. Le résultat de ton récit est magnifique. A la croisée des chemins, entre polar et littérature blanche, tu m’as fait frissonner, tu m’as fait rêver.

Ma belle Hulda, je te dis à très vite car ce roman était le premier de la nouvelle saga de Ragnar Jónasson, Hidden Iceland. Dans le second tome, c’est une de tes vieilles enquêtes, une des plus importantes de ta carrière qui nous sera raconté. J’ai hâte de te retrouver et d’en apprendre encore un peu plus sur ton passé.

Elena était venue se réfugier en Islande, dans ce pays étranger, et n’y avait trouvé pour seul abri qu’une tombe, sous la mer. Si Hulda ne saisissait pas cette opportunité, personne n’irait jamais au bout de l’énigme. L’histoire d’Elena sombrerait dans l’oubli. Et resterait à jamais celle d’une fille venue en Islande pour y mourir.

En bref

Je sais que ce roman n’est pas forcément le plus représentatif de tous les livres de Ragnar Jónasson. Pourtant c’est avec celui-ci que je me suis lancée. Le style de ce roman est absolument fabuleux. Quant à sa construction, terriblement originale, elle utilise l’enquête policière d’une manière totalement inédite : comme un exutoire, un dernier souffle, un moyen de nous raconter le passé. Féministe sans être pamphlétaire, La dame de Reykjavík est un roman extrêmement touchant, plein d’émotions qui bouscule forcément le cœur. J’ai eu une énorme tendresse pour Hulda, cette femme meurtrie par la vie, cette flic irréprochable qu’on pousse vers la sortie. Ce qui est sûr, c’est que le prochain tome, je n’attendrais pas 6 mois pour le lire !