IMG_0549
Thriller policier

La cité des jarres d’Arnaldur Indridason

Arnaldur Indridason est une des très grandes références du polar nordique et plus précisément du polar islandais. Pourtant, aucun de ses livres n’était encore passé entre mes mains. Alors, pour découvrir sa plume je n’ai pas hésité à demander les conseils de la spécialiste du genre : « Dis Anaïs ? Si je veux découvrir Indridason, je commence par quoi ? « . Et voilà comment quelques jours plus tard, sur les conseils de ma copine Anaïs Serial Lectrice, immense fan de cet auteur et de ce pays, j’achetais La cité des jarres, premier tome de la saga Erlendur.

Bon, ok, il a trainé quelques semaines dans ma bibliothèque mais canicule oblige, j’ai eu besoin d’un bon bol d’air frais la semaine passée.

4ème de couverture

Un nouveau cadavre est retrouvé à Reykjavik. L’inspecteur Erlendur est de mauvaise humeur : encore un de ces meurtres typiquement islandais, un «truc bête et méchant» qui fait perdre son temps à la police… Des photos pornographiques retrouvées chez la victime révèlent une affaire vieille de quarante ans. Et le conduisent tout droit à la «cité des Jarres», une abominable collection de bocaux renfermant des organes…

Une ballade dans le passé

Dès les premières pages, j’ai retrouvé avec joie ce style si particulier du polar scandinave. Un rythme très posé, presque lent par moment mais jamais ennuyeux. Un septuagénaire est retrouvé assassiné, le crâne fracassé par un cendrier dans son appartement miteux. Pour l’inspecteur Erlendur et ses collègues c’est encore « un meurtre islandais répugnant ». Comprenez, un meurtre où il ne faut pas trop chercher midi à quatorze heures et simplement voir qu’un « individu A », pour une raison futile, a tué un individu B sur un coup de sang. Mais une fois n’est pas coutume, les apparences, même en Islande, peuvent être trompeuses.

Les noeuds de l’intrigue prennent un peu de temps à se démêler. C’est tout d’abord un jeu de piste un peu flou qui se met en place. La photo de la tombe d’une petite fille de 4 ans puis un viol impunis vieux de quarante ans qui semble lié à l’enquête. Petit à petit, les témoignages refont surface, les masques tombent et les secrets se dévoilent. J’ai beaucoup aimé la fin de ce roman. Elle sonnait juste. Pas de grande effusion d’action et de retournement de situation. Une conclusion poignante et finalement très réaliste pour un roman de fiction. Arnaldur Indridason a un immense talent pour nous décrire les émotions sans jamais tomber ni dans la caricature ni dans le pathos. Une fresque islandaise tout ce qu’il y a de plus fidèle à la réalité des sentiments humains.

Erlendur

Le héros de ce polar c’est l’inspecteur Erlendur Sveinsson. Personnage principal de cette saga qui compte aujourd’hui plus d’une dizaine de tome, cet homme possède un charisme incroyable. Pourtant ce Erlendur, au premier abord il ne paie vraiment pas de mine. Flic divorcé, n’arrivant pas à nouer des liens avec ses enfants et habitant un petit appartement qui sent en permanence les plats réchauffés au micro-onde. Il fait partie de ces inspecteurs taciturnes, old-school qui fonctionnent à l’instinct, qui tournent le dos aux procédures officielles et font confiance à leur expérience.

Mais très vite, on sent que l’auteur a créé ce personnage avec ses tripes. Il lui a insufflé une âme. Un flic qui a vu et absorbé l’horreur pendant des années et qui parvient pourtant à conserver sa part d’humanité. Il y a une scène extrêmement poignante à la fin du roman qui démontre tout le réalisme et toute l’humanité du personnage. J’ai succombé à son charme dès les premières pages et lorsque j’ai tourné la dernière, je n’avais qu’une envie : retrouver Erlendur dans sa prochaine enquête.

Quand quelqu’un disparait en Islande, c’est pour toujours. Il n’y a jamais personne qui revienne des dizaines d’années plus tard.
Jamais.

En bref

Que c’est bon quand une lecture remplit pleinement nos attentes ! Par une journée à 42°C, je voulais un bon polar scandinave qui me fasse voyager tout en me proposant une enquête passionnante. Le contrat est pleinement rempli. En prime, j’ai découvert un auteur et une plume totalement sublime. Le second tome de la saga La femme en vert m’attend déjà dans ma bibliothèque et je suis impatiente de bientôt retrouver l’inspecteur Erlendur.