Thriller multi-genres

Ecouter le noir – Recueil de nouvelles

En France, en littérature moderne, la nouvelle est un format de récit très peu mis en avant. Pourtant, par le passé, la nouvelle a eu son âge d’or. Je pense notamment aux magnifiques nouvelles fantastiques d’Edgar Allan Poe ou de Théophile Gautier. Outre-Atlantique, la nouvelle est plus populaire et de grands auteurs comme Stephen King ont su l’utiliser pour créer des histoires mémorables. Alors quand le blogueur littéraire Ivan Fauth réunit 13 des plus grands auteurs du polar français, pour construire un recueil de nouvelles noires c’est un véritable évènement littéraire.

4ème de couverture

Les grands noms du thriller français mettent nos sens en éveil.
Treize auteurs prestigieux de noir sont ici réunis et, si chacun a son mode opératoire, le mot d’ordre est le même pour tous : nous faire tendre l’oreille en nous proposant des récits qui jouent avec les différentes définitions de l’audition.

Dans ces nouvelles, ils ont donné libre cours à leur noire imagination pour créer une atmosphère, des personnages inoubliables et une tension qui vous happeront dès les premiers mots… et jusqu’à la chute. Éclectique et surprenant, ce recueil renferme onze expériences exceptionnelles de lecture.

Laissez-vous chuchoter à l’oreille, venez Écouter le noir. 

Tendez l’oreille

Ce recueil de nouvelles possède un fil conducteur : le son, le bruit, l’audition. Ce n’est pas un hasard puisqu’Ivan Fauth, initiateur de ce projet est lui-même concerné par un problème d’audition. L’ouïe, ce sujet si simple et qui pourtant sous la plume de grands auteurs peut prendre des directions inattendues. Un bruit de chantier, une voix intérieure, la surdité, un son venu des entrailles de la Terre. Il y a tellement de possibilités.

C’est vraiment un excellent choix de la part d’Ivan Fauth car ce thème laisse une très grande place à la créativité. Ainsi, dans le recueil, on retrouve du thriller psychologique, du polar, du fantastique et même de la science-fiction. C’est très agréable d’avoir à la fois une cohérence et une grande variété au fil des histoires. Chaque nouvelle a son propre style, sa propre originalité apposée par l’auteur. L’écriture de la nouvelle est un exercice très difficile et ils s’en sont tous très bien sortis.

La chute avant tout

Créer un cadre, mettre en scène des personnages, instaurer une intrigue, tout ça en quelques pages c’est vraiment un challenge. D’autant plus, que la chute, point culminant et final de la nouvelle doit être marquante, inattendue, efficace. Comme pour une histoire drôle, si la chute est mauvaise, on ne s’en souviendra pas. C’est exactement la même chose avec une nouvelle. Le format est tellement court que si la chute n’est pas à la hauteur, l’histoire ne nous laissera aucun souvenir.

Si je veux être totalement honnête, la nouvelle n’est pas mon genre littéraire de prédilection. Même en tant qu’immense fan de Stephen King, j’ai toujours boudé ce format d’écriture lorsqu’il publiait des recueils de nouvelles. Je suis une lectrice qui a besoin de s’immerger totalement dans une histoire. J’ai besoin d’apprendre à connaître les lieux, les personnages. C’est de cette manière que je m’imprègne d’un récit et que je m’en souviens. Pourtant j’ai souhaité sauter le pas et lire Ecouter le noir et je n’ai absolument pas regretté ma lecture.

Comme la lumière, le Bruit voyage. Un voyage dangereux et parfois mortel pour celui dont il remplit la tête.

En bref

Ce recueil de nouvelles est un magnifique projet. Ecouter le noir est une compilation de talents, une compilation d’histoires toutes plus captivantes les unes que les autres. Forcément, certaines m’ont plus marqué que d’autres. Certaines resteront plus longtemps dans ma mémoire. Celles de Sonja Delzongle, R.J Ellory et François-Xavier Dillard m’ont particulièrement touché. Pour moi, qui ne suis pas une grande fan de nouvelles, ce fût un très bon moment de lecture.