IMG_1128
Comédie policière

Au service secret de Marie-Antoinette de Frédéric Lenormand

Frédéric Lenormand n’est pas un petit nouveau. Le roman policier historique n’a aucun secret pour lui et il a déjà publié de nombreux ouvrages. Récompensé par plusieurs prix littéraires, cet auteur au registre atypique fait l’unanimité auprès de beaucoup de lecteurs.

Au service secret de Marie-Antoinette est sa nouvelle saga dont le premier tome se nomme L’enquête du Barry. Ce roman a vraiment piqué ma curiosité avant sa lecture. Le roman policier, je connais. Le roman policier historique, je connais aussi un peu. Mais la comédie policière historique, c’était une grande première pour moi ! Pour cette chronique, je vous emmène à Versailles au temps de Louis XVI.

4ème de couverture

Les bijoux de la Comtesse du Barry ont disparu quatre ans plus tôt. Depuis, les cadavres s’amoncèlent. La reine Marie-Antoinette missionne un improbable duo d’enquêteurs, Rose et Léonard, qui ne cessent de se chamailler, pour œuvrer « en toute discrétion », de Paris à Versailles !

Complot et enquête à la cour

Rose est modiste. Son travail est d’assembler tissus, rubans et accessoires pour proposer les plus belles robes de la capitale. Leonard lui est coiffeur. Ses mains frisent, tressent et façonnent les imposantes coiffes de cheveux à la vitesse de l’éclair. Tout oppose ces deux là et pourtant ils vont en venir à se rencontrer dans les petites salles du palais de Versailles. Marie-Antoinette, nouvelle reine du royaume de France veut se démarquer de ses prédécesseurs et cherche à employer les meilleurs artisans du tout Paris. Quoi de mieux pour cela qu’une modiste inventive et un coiffeur novateur ?

Mais ces deux-là, avant de devenir les fournisseurs attitrés de la reine, vont devoir accomplir une mission particulière. 4 ans plus tôt, des bijoux ont été dérobés à la comtesse du Barry, maîtresse officielle de Louis XV. Ces bijoux d’une valeur inestimable n’ont jamais été retrouvés. Léonard et Rose vont devoir enquêter en toute discrétion, découvrir les coupables et ramener le butin à Marie-Antoinette.

S’en suit alors une enquête totalement loufoque et ubuesque dans la capitale. Entre les rôtisseries, les maisons closes, la morgue et les horlogers, Rose et Léonard ne sauront plus où donner de la tête pour retrouver ces pierres précieuses. Certaines scènes m’ont fait penser au théâtre de guignol, avec ces personnages complètement atypiques et caricaturaux. Les deux enquêteurs en formation se détestent cordialement et les dialogues sont bien souvent houleux, piquants et très drôles.

L’Histoire au service de la fiction

Frédéric Lenormand est un spécialiste du XVIIIè siècle, la cour de Louis XVI est donc un cadre qui n’a aucun secret pour lui. Pourquoi inventer des lieux et des personnages quand l’Histoire de France regorge de tant de figures grandioses ? Oui, Rose et Léonard, les deux héros loufoques de ce roman ont réellement existé, ont réellement oeuvré au service de la Reine. En tant que couturière et coiffeur hein ! Le service d’espionnage n’est pas avéré dans les manuels d’histoire 😊. Quant à la grande reine Marie-Antoinette, il ne s’agit pas d’une femme superficielle détrompez-vous. Le roman nous montre une femme intelligente, manipulatrice, au fait de la politique et des plus grandes affaires du royaume.

Ce terreau historique, réaliste, donne énormément de corps au roman tout comme le vocabulaire choisi. L’auteur ne s’arrête pas aux personnages historiques, aux lieux, il s’attache aussi à employer le vocabulaire de l’époque. Si vous êtes curieux de découvrir quelles étaient les insultes en vogue sous l’ère de Louis XVI, je vous encourage à découvrir ce roman. Cependant, l’emploi de ce registre assez ancien, soutenu par moment, ralenti le rythme de lecture. On se doit d’être un peu plus attentif. Il m’est arrivé de relire certaines phrases deux fois de suite pour être sûre d’en avoir compris pleinement le sens. Je me suis parfois revue à la FAC durant les cours d’ancien français… Si pour moi, ce parti-pris de jouer la carte de l’historique jusque dans la syntaxe est un vrai plus pour l’immersion, je comprends que cela puisse paraître déstabilisant pour certains.

– Pour quel motif attendez-vous exactement ?
– Je suis Léonard Autier, j’ai été mandé.
– Ah ! Le coiffeur.
Il eut un coup au coeur, poussa un cri de douleur et fit mine de chanceler
– Perruquier ? rectifia son interlocutrice.
– De mieux en mieux.
– Que dois-je écrire, enfin ?
– Ecrivez « Maître ès-arts capillaires », cela suffira.

En bref

Cette première enquête de la saga Au service secret de Marie-Antoinette fût une belle découverte. Une intrigue policière divertissante, rafraichissante et originale. Une cavalcade burlesque dans le vieux Paris qui saura vous donner le sourire et vous transporter à une époque mythique de l’histoire de France. Si le registre de la comédie policière historique vous intrigue, je vous recommande ce livre pour une expérience de lecture atypique.